Intérêts pour le jeune public et pistes pédagogiques

 

Aspects commémoratif et intergénérationnel


Editée fin 1913, La Boîte à joujoux a fêté ses cent ans.
Le ballet met en scène une guerre entre les jouets, reflétant avec humour le climat militaire de la France à l’orée de la Grande Guerre.

 

 

 

Humaniste et antimilitariste, le ballet fut rapidement jugé « dérangeant », puis annulé, alors qu’il devait être créé à l’Opéra-Comique en 1914.

 

Jouer aujourd’hui La Boîte à joujoux, œuvre visionnaire et faussement naïve, a tout son sens en cette période de commémoration du centenaire de la première guerre mondiale. Le spectacle fait devoir de mémoire et tisse des liens entre les générations, s’adressant aux enfants, à leurs parents et grands-parents !

 

En outre, 2018 marque également le centenaire de la disparition de Claude Debussy, permettant d’inclure le spectacle au sein des diverses commémorations qui seront dédiées au compositeur.

 

Aspect musical


La partition de Debussy, par ses caractéristiques, est une œuvre pour piano d’une grande originalité poétique et fantaisiste, très accessible au grand public.

 

Elle regorge de citations musicales, autant de clins d’œil au grand répertoire (autres compositeurs et autocitations), véritable jeu de piste musical pour qui voudra chercher à reconnaître les thèmes disséminés : Carmen de Bizet, Faust de Gounod, La marche nuptiale de Mendelssohn, Les tableaux d’une exposition de Moussorgsky, Children’s corner de Debussy. On reconnaîtra aussi l’utilisation du jazz (Cake Walk), de chansons populaires françaises connues, de thèmes tziganes et orientaux.

 

Mariage des arts, des styles et des disciplines


La Boîte à joujoux, de Debussy et Hellé, permet d’aborder conjointement la musique, la danse et les beaux-arts : symbolisme, art nouveau, art déco, cubisme, ballets Russes, etc.


Dans notre adaptation, nous avons également utilisé d’autres formes d’art, en lien avec l’époque et l’univers des créateurs : théâtre de marionnette, théâtre d’ombre, théâtre masqué, intéressants à découvrir.

 

Le ballet La Boîte à joujoux, premier exemple de collaboration entre un compositeur et un dessinateur, ouvre la voie à de nouvelles formes d’art total qui inspireront d’autres ballets à étudier, comme Parade (Picasso-Satie-Cocteau-Diaghilev), créé en 1917.

 

Avant le spectacle

 

Séances Scolaires
Le spectacle est précédé d’une courte séance pédagogique (préparation à l’écoute), interactive, en présence de tous les artistes en costumes.

Par ailleurs, un dossier pédagogique complet peut être délivré en amont pour les professeurs participants.

 

Séances Tout public
Une conférence historique et musicale peut être programmée, en présence d’Alexandre Martin-Varroy, musicien, comédien et metteur en scène, titulaire d’un mémoire sur La Boîte à joujoux récompensé par une mention « Très Bien à l’unanimité » attribuée par un jury du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pantin (93).

 

Après le spectacle

Bord de scène : rencontre et débat avec les artistes
(15 à 20 mn).

 

Durées

Spectacle seul : 40 mn
• Préparation à l’écoute : 5 à 10 mn, selon l’âge des enfants
• Conférence : 30 mn
• Bord de scène à l’issue du spectacle : 15-20 mn

 

Une fiche synthétique (4 pages) et un dossier de presse plus complet (30 pages) sont à la disposition des programmateurs professionnels.

Merci de faire votre demande par écrit : philippe@musique-et-toile.fr, en précisant vos coordonnées et votre projet.