4 extraits du film-culte du réalisateur russe Dziga Vertov (1928)

Avertissement

Dans les extraits ci-dessous, contrairement aux extraits dévoilés dans le making-of ci-après, la bande son est une maquette musicale (donc avec instruments et voix factices) réalisée par le compositeur Gilles Tinayre.


Le spectacle est interprété par une formation d'une douzaine d'instrumentistes (dont huit de la fanfare Ziveli Orkestar) qui accompagnent une ou deux chanteuses, un choeur d'adultes et un choeur d'enfants, pour le plaisir des grands comme des petits.

 

Une musique festive, aux consonances balkaniques !

Les paroles, quant à elles, sont dans une langue... imaginaire.

Extrait n°1 : Le petit jour


L'HOMME A LA CAMERA - Le Petit Jour (maquette) par phdupouy75011

C’est le petit jour. La ville dort encore. Les rues, les édifices s’affichent, déserts, figés. De cette inaction apparente émergent cependant les voix du chœur, en courtes phrases séparées, sotto voce, comme des fragments des rêves du peuple qui sommeille.

Extrait n°2 : Human ex machina


L'HOMME A LA CAMERA - Human Ex Machina (maquette) par phdupouy75011

On sort les tramways, les avions, les camions ; la ville va se mettre en marche. Voix solo, puis chœur, comme s'ils s’appelaient mutuellement dans l'éveil de la journée. Le chœur de fin est l’une des mélodies récurrentes du film. Elle exprime l’âme de cette communauté au travail.

Extrait n°3 : Kalesh


L'HOMME A LA CAMERA - Kalesh (maquette) par phdupouy75011

(Soliste : Arleen Frey)

Sortie de gare. Les calèches attendent les voyageurs, et emmènent à destination à travers la ville les familles aisées d’Odessa. Parenthèse « chic » du film et de la musique, c’est une valse « à la russe », amusante et progressive, où tout se fige soudainement à la fin, dans une succession de plans fixes, comme si la vie s’arrêtait.

Extrait n°4 : Le monde de l'oeil (Final)


L'HOMME A LA CAMERA - Le Monde de l'Oeil (Final)... par phdupouy75011

Voyez comment, pour l'époque, le travail de Dziga Vertov sur le montage était impressionnant !

 

Dans un montage vertigineux d’images accélérées, le film s’achève sur le plan emblématique de l’œil du cinéaste dans l’objectif de la caméra. Après l’écroulement du théâtre du Bolchoï, la musique et l’image nous entraînent dans le tempo infernal d’une czardas comme conclusion.

Making-of du ciné-spectacle créé à Issy-les-Moulineaux, 21 juin 2010

Making-of du ciné-spectacle de L'Homme à la caméra, créé au PACI (Palais des Arts et des Congrès) d'Issy-les-Moulineaux (92), le 21 juin 2010.

 

Plus de 700 spectateurs ont pu découvrir l'oeuvre musicale de Gilles Tinayre, composée spécialement pour le film russe de Dziga Vertov.

Ce film montre le travail préparatoire du spectacle.

Réalisé à l'attention des ensembles choraux français et étrangers désireux de mettre l'oeuvre à leur répertoire, il donne la parole aux protagonistes du projet. Leurs réponses tentent de donner des informations claires sur l'organisation des répétitions, le matériel d'orchestre fourni aux ensembles et les différentes possibilités de montage qui s'offrent à eux.

 

Nous tenons à remercier les élèves de l'ESRA (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) pour l'aide précieuse qu'ils ont apportée dans la réalisation et le montage de ce making-of.

 

Le ciné-spectacle de L'Homme à la caméra a reçu pour sa création le soutien de la SACEM et de la SPEDIDAM.

 


L'homme à la caméra, mode d'emploi par phdupouy75011