Concerts

En découvrir plus sur la page Multimédia Ciné-Piano2

Enguerrand-Friedrich Lühl

Mahery Andrianaivoravelona

Intégrale de STAR WARS pour deux pianos

Le travail d'Enguerrand-Friedrich Lühl

     Pour une plus grande "vulgarisation" de ces thèmes qui hantent les esprits des spectateurs admiratifs d'une telle qualité de réalisation, divers arrangeurs publient - parfois même anonymement - des recueils pour piano rassemblant les meilleures pages des films illustrés par Williams. Cependant, ces arrangements, destinés au pianiste amateur, tronquent considérablement les pièces et les simplifient à outrance au point qu'on puisse à peine en reconnaître l'original. Cette plus que faible retranscription détruit, par la réduction à l'état de simplicité musicale extrême, le caractère de l'œuvre. Une œuvre de neuf minutes pour orchestre peut ainsi se retrouver compressée sur deux pages pour piano et durer neuf fois moins, juste pour qu'on puisse se dire que l'on est capable de jouer le thème de E.T. ! La qualité de ces arrangements nuit à l'original pour les puristes et de nombreux pianistes ne rêvent que d'une chose : pouvoir un jour revivre l'aventure de manière réaliste en marchant dans les pas de l'œuvre avec un arrangement complet.

 

     C'est ainsi qu'Enguerrand-Friedrich Lühl entreprend son immense travail d'arrangement des œuvres de John Williams pour piano seul et deux pianos, désireux de faire connaître au public et au pianiste avancé la musique de Williams sous un autre angle : le piano symphonique avec toute la palette sonore que ce magnifique instrument est capable de déployer. Toute la dimension symphonique doit être fidèlement exécutée par deux ou quatre mains.

 

     Il est intéressant de comparer les deux techniques de travail des compositeurs pour la même œuvre. Lühl reçoit les partitions imprimées des pièces de concert par l'éditeur de Williams (parfois même en fac-simile) des Etats-Unis et se met aussitôt au travail. Il ne dresse pas de canevas, il arrange directement sans brouillon, d'abord pour deux pianos, ensuite il condense cette version pour piano seul, allant jusqu'au bout des possibilités pianistiques, et même un peu au-delà. Depuis 2005, il a terminé près de 60 titres pour ces deux formations (Indiana Jones, Superman, Rencontres du Troisième Type, les trois premiers Harry Potter - Williams s'est arrêté après le troisième), incluant à son répertoire les quatre hymnes olympiques que Williams a reçus en commande depuis 1984. Plus de mille pages manuscrites de matériel original ont ainsi vu le jour, donnant naissance à deux intégrales possibles : Star Wars (deux heures de musique au total) et Harry Potter (environ 75 minutes), les deux programmes étant aussi bien disponibles pour piano seul que pour deux pianos. L'opus magnum de Lühl pour ce travail reste l'intégrale Star Wars. Tous les six épisodes y sont représentés. De plus, le choix des pièces programmées doit faire un lien entre les deux trilogies (une par partie de concert), assurant ainsi une transition thématique. Certaines pièces contiennent des citations d'autres thèmes et assurent le fil conducteur.

 

     D'un point de vue pianistique, on notera la juste répartition des rôles entre les deux musiciens, alternant accompagnement et phrase principale avec finesse et équilibre. Cet effet de réponse agrandit la dimension spatiale de l'instrument et ne réduit pas l'arrangement à un rôle de soliste accompagné comme dans un concerto classique. Chaque partie est complémentaire et indispensable. En raison de la durée considérable de l'intégrale Star Wars, il était nécessaire de faire une sélection des pièces qui retraceraient le mieux la saga.

Configuration

Artistes sur scène : 2 pianistes

 

2 pianos 3/4 de queue + 2 tabourets de piano