TELERAMA

"Du trajet en métro à la salle d’attente du « génie-coloye », cette mère de famille québécoise, qui veut mincir depuis dix ans, nous raconte ses aventures dans un langage populaire, très imagé. Sa verve est inépuisable, et sur les questions de vieillesse (« Ceux qui disent que les gros vieillissent moins vite, y doivent être maigres rare ! ») ou d’amour avec son mari (« Avant, y était maigre comme un clou, on voyait quasiment le soleil en travers, ça fait qu’on avait pas de problèmes ! »), Laura Cadieux ne s’interdit aucune vacherie.

Christian Bordeleau signe cette adaptation drolatique du roman éponyme du Québécois Michel Tremblay, paru en 1973, qu’il met aussi en scène. Dans un costume qui gonfle ses rondeurs, Cécile Magnet est sensible, tendre et rembourrée d’humour. On rit des gros sans jamais se moquer d’eux. Une heure pleine de légèreté."

Mathieu Perez / LE CANARD ENCHAINE

(22 juin 2016)

 

 

"Points forts

  • On éprouve un grand plaisir et une certaine fascination à découvrir le langage populaire québécois, dont l'auteur s'est fait l'ambassadeur dans ses romans comme au théâtre. Le texte est l'un des grands atouts de cette pièce, et rien ne le met davantage en valeur que cette transposition au théâtre, à l’expression orale. Que le propos de Laura Cadieux soit profond ou anecdotique, le public est captivé par son verbe franc, irrévérencieux, truffé d'images et d'expressions inattendues, au prosaïsme assumé. L'adaptation du roman de Michel Tremblay semble inverser les codes du théâtre : on ne s’y rend plus pour entendre une langue classique, mais pour s’imprégner d’un parler populaire.
  • Cécile Magnet porte admirablement la pièce. Grâce à son jeu plein de verve, de chaleur et d'humour, elle incarne parfaitement la langue de Michel Tremblay. De sa démarche comique, elle occupe tout l'espace, meublé seulement d'une chaise. Devant cette mise en scène minimaliste, qui valorise l'actrice, le spectateur pourrait presque se croire dans un one-woman show, où les bons mots fusent et les portraits défilent, plus hilarants les uns que les autres.
  • La petite salle du Paradis se prête parfaitement aux confidences explosives de Laura Cadieux. Pris à parti par l'actrice, qui croise sans peur les regards, le public ne perd pas une miette de son jeu et devient démonstratif.

Points faibles

  • Je n'en vois aucun. Bien sûr, il faut être sensible à la poésie irrévérencieuse de la langue populaire."

Pauline Bonnefoi / VALEURS ACTUELLES / CULTURE TOPS

(16 juin 2016)

 

 

"Les problèmes de poids, c’est un sujet que connaît bien Michel Tremblay, et son expérience personnelle a nourri ce récit truculent où il restitue avec drôlerie les témoignages entendus dans le cabinet de son médecin. Personnage unique, Laura Cadieux fait le tour du sujet, énorme, bien sûr. Si elle encaisse avec ironie les remarques désobligeantes et les regards moqueurs, elle ne manque pas d’humour et son regard sur ses copines d’infortune mêle l’humanité et la raillerie. Cécile Magnet habite le corps enveloppé de Laura Cadieux, sa générosité, son esprit mordant, elle lui donne une humanité proche et elle fait formidablement claquer la langue inventive et charnue du Québécois, ses expressions savoureuses ("r’garder dans l’beurre", "il était si mince qu’on voyait le soleil à travers"…). Jamais caricaturale, toujours bienveillante, elle est une épatante Laura Cadieux."

Annie Chénieux / LE JOURNAL DU DIMANCHE (15 juin 2016)

 

 

"Tabarnak ! Cécile Magnet est épatante. Les amateurs de culture québécoise apprécieront. Et pas seulement eux"

*** LE FIGARO MAGAZINE

 

"Un monologue haut en couleurs, à pleurer de rire et d’émotion"

LA TERRASSE

 

"Un récit truculent et savoureux"

LA PROVENCE

 

"Le rire ne vous quittera plus"
LA THEATROTHEQUE

 

"Un moment de théâtre délectable"
AVIGNON CITY NEWS

 

"L’humour est dévastateur... Une comédienne hors-norme"
LA QUERCYNOISE, CAHORS

 

"Vu hier soir la virtuose actrice française Cécile Magnet jouer Laura Cadieux (et tous les personnages de l’œuvre) à Paris. Michel Tremblay a trouvé son Stradivarius pour faire entendre sa parole au pays de Molière !"
JOURNAL LA PRESSE (MONTREAL)

 

"Seule en scène, à la fois tendre et émouvante, Cécile Magnet joue tous les rôles avec une conviction absolue. Dans “À toi pour toujours, ta Marie-Lou” de Tremblay, dans une mise en scène précédente de Christian Bordeleau, on l’avait découverte tourmentée et aigrie, ici on la retrouve désopilante et touchante, à la tête d’une galerie de personnages hauts en couleurs"

THEÂTRORAMA

 

"C’est juste une femme de Montréal qui nous raconte les choses les plus banales : un départ dans le métro avec un gamin turbulent et une attente chez le médecin. C’est banal en diable, et pourtant d’une drôlerie à tomber par terre. L’auteur, en effet, n’est pas le plus mauvais de sa classe, c’est même le meilleur du Québec : Michel Tremblay a toujours su faire parler la classe populaire, dans sa truculence, son envie de vivre contre vents et marées..."

THEÂTRAL MAGAZINE (COUP DE COEUR)