Costumière - scénographe

Imprégnée d’un univers esthétique décalé et cartoonesque, Nousch construit et réinvente en s’inspirant des histoires d’hier et d’aujourd’hui parfois cyniques mais toujours drôles. Après avoir suivi les Beaux-Arts et un DMA costumier réalisateur, Nousch s’est passionnée pour les matières plastiques de toutes sortes.

 

Costumière hybride entre l’historique, l’art plastique et accessoire, elle fait ses débuts dans les ateliers haute couture chez Givenchy et Hermès. Elle travaille ensuite pour deux ateliers en parallèle : les Double Faces, une société d’événementiel où elle réalise entre autres les costumes pour la réouverture d’Orsay, et un atelier d’accessoires de cinéma où elle travaille pour Indigènes de Rachid Bouchareb, Gainsbourg, vie héroïque de Joan Sfar, Le refuge de François Ozon ; au théâtre, Un tramway, mis en scène par Warlikowski avec Isabelle Huppert, Le cerceau de Laurent Gutmann, Coeur ardent, mis en scène par Christophe Rauck, Cléopâtre de Kamel Ouali...

 

La création des costumes de la pièce L’Ecume des jours, mise en scène par Béatrice de la Boulaye, lui donne l’opportunité d’exprimer son univers librement et de le montrer au public. Depuis, la création des costumes est devenue son activité principale : pour L’Avare de Martine Fontanille, Le Roi Nu d’Alexandre Blazy, Ne m’oublie pas de Philippe Genty, mais aussi pour les artistes tel que Sliimy ou Missill.

 

Elle met aussi en scène des performances et des spectacles courts qui abordent la question des sens, notamment avec Homnivart, spectacle dînatoire qui fera l’ouverture du Festival des Vendanges à Montmartre.